Tay Garnett, né le 13 juin 1894 et mort le 3 octobre 1977, est un réalisateur, scénariste, producteur, acteur et compositeur américain.

Il nait à Santa Ana, près de Los Angeles, le 13 juin 1894. Étudiant à la Polytechnic High School, puis à l’Institut supérieur de technologie (MTT) du Massachusetts le jeune homme, gymnaste accompli et passionné par le vaudeville, il mettra ses capacités physiques au service d’une troupe d’acrobates itinérante.

Lors de l’entrée en guerre des États-Unis, le 2 avril 1917, Garnett s’engage dans la Marine et est instructeur de pilotes pour le Naval Air Service à San Diego entre 1917 et 1922; blessé lors d’un crash, il hérite d’une claudication permanente et se retrouve chargé d’organiser des spectacles pour les troupes. Puisant dans son amour du vaudeville, il conçoit des enchainements de gags burlesques dont la qualité attire l’attention du producteur indépendant Alan Holubar (1888-1923).

Dégagé de ses obligations militaires en 1922, Garnett est alors engagé comme scénariste sur Broken Chains (un western) et Slander the Woman (une aventure romantique). Fort de cette première expérience cinématographique, il rejoint l’équipe des studios Hal Roach, une des figures marquantes du burlesque américain, et écrit des gags pour Charley Case, Will Rogers ; après une période de dur labeur, Garnett atterrit naturellement sous la direction de l’autre grand de la comédie, Mack Sennett ; entre 1924 et 1926, il collabore avec Hal Conklin, Vernon Smith ou Frank Capra sur des scripts destinés aux comiques maisons : Harry Langdon, Ben Turpin, Slim Summerville ou encore Stan Laurel.

En 1926, il signe un contrat de sept ans en tant que scénariste pour les studios Cecil B. DeMille, alors sous pavillon Pathé ; ses premières signatures ont pour titre Cruise of the Jasper B, White Cold, Power, ou encore Skyscraper. Attiré par la réalisation, Garnett saisit l’opportunité d’une défection pour prendre les rênes de Celebrity, l’adaptation à succès de Broadway ; le succès du film lui permet d’enchaîner sur Tragédie Foraine, qui bénéficie, en cours de tournage, de l’arrivée du parlant.

Après six autres titres pour Pathé, Tay Garnett signe pour Universal l’un des succès de l’année 1932, Okay, America!, la même année, il est « prêté » à la Warner Bros pour signer Voyage sans retour, Oscar du meilleur scénario.

De retour dans le giron d’Universal, Garnett remporte de nouveau la mise avec La Malle de Singapour (1935), comédie tonitruante interprétée par Clark Gable, Wallace Beery et Jean Harlow. En 1937, le cinéaste rejoint le producteur indépendant Walter Wanger, et achète ainsi la liberté de faire des films de son choix ; leur collaboration dura trois ans et donnera quelques comédies enlevées telles Stand-In, La Femme aux cigarettes blondes, et Divorcé malgré lui.

1940 marque le grand succès de La maison des sept péchés, interprété par John Wayne et Marlene Dietrich. En 1943, Garnett signe deux films de guerre extrêmement populaires pour la Metro-Goldwyn-Mayer : Bataan et La Croix de Lorraine ; le cinéaste continuera de caracoler en tête du box office avec Madame Parkington (1944), et La Vallée du jugement (1945).

Après Le facteur sonne toujours deux fois, Tay Garnett quitte la MGM et sa carrière ne fait alors que décliner, passant d’un studio à l’autre sur des films de commande sans grand intérêt, Garnett retrouve un peu de sa prestance sur le thriller Jour de terreur (1951) avant de se tourner, à partir de 1953, vers la télé (Les Incorruptibles, Rawhide, Bonnaza) jusqu’au milieu des années 1960. Durant ces années il se remet également à l’écriture (il avait écrit un roman, Man Laughs Back en 19353, recueillant les confidences de quelques « grands » du cinéma international, de Capra à Fellini, pour un livre, Un siècle de cinéma, qui sera publié après sa mort, puis écrit en 1973 une autobiographie : Light Yout Torches and Pull Up Your Tights (littéralement: « Allumez vos torches et remontez vos collants »).

Il signe encore trois films entre 1970 et 1975 en Alaska, avant de mourir de leucémie le 3 octobre 1977, en Californie. Tay Garnet possède son étoile sur la fameuse Walk of Fame au 6556 Hollywood Boulevard.

Bibliographie en Français

– « Un siècle de cinéma », 42 grands réalisateurs parlent de leur métier, de Tay Garnett, TNVO, 2013.
– Anthologie du cinéma, tome 11, Collectif, L’Avant-Scène Cinéma, 1982.

Filmographie

1975 Timber Tramps
1975 Challenge to Be Free
1970 The Delta Factor
1962-1966 Les aventuriers du Far-West TV (22 épisodes)
– The Gypsy (1966)
– The Resurrection of Deadwood Dick (1966)
– Lady of the Plains (1966)
– Traveling Trees (1965)
– The Lawless Have Laws (1965)
1966 Ne mangez pas les marguerites TV (2 épisodes)
– Big Man on Campus (1966)
– Move Over, Mozart (1966)
1961-1966 Gunsmoke TV (3 épisodes)
– The Brothers (1966)
– He Learned About Women (1962)
– Nina’s Revenge (1961)
1965-1966 Jesse James TV (2 épisodes)
– The Empty Town (1966)
– The Man Who Killed Jesse (1965)
1965 The Loner TV (1 épisode)
– Hunt the Man Down (1965)
1963-1965 Bonanza TV (7 épisodes)
– Once a Doctor (1965)
– Triangle (1964)
– The Pressure Game (1964)
– Love Me Not (1964)
– Bullet for a Bride (1964)
1963 Les ranchers du Wyoming
1962 The Beachcomber TV (4 épisodes)
– The Search for Robert Herrick
– The Spaniard
– The Prodigal Pretender
– Flight to Freedom
1962 The New Loretta Young Show TV
1962 Frontier Circus TV (1 épisode)
– The Race (1962)
1962 Rawhide TV (3 épisodes)
– House of the Hunter
– The Immigrants
– The Captain’s Wife
1961-1962 The Tall Man TV (8 épisodes)
– A Time to Run (1962)
– The Long Way Home (1962)
– Three for All (1962)
– Night of the Hawk (1962)
– Apache Daughter (1961)
1961 87th Precinct TV (1 épisode)
– Run, Rabbit, Run
1961 Whispering Smith TV (1 épisode)
– Three for One
1960-1961 The Deputy TV (12 épisodes)
– Brand of Honesty (1961)
– Spoken in Silence (1961)
– Tension Point (1961)
– The Means and the End (1961)
– Two-Way Deal (1961)
1960-1961 Naked City TV (2 épisodes)
– Button in the Haystack (1961)
– Debt of Honor (1960)
1961 Laramie TV (1 épisode)
– The Lost Dutchman
1960 Riverboat TV (1 épisode)
– Duel on the River
1959-1960 La grande caravane TV (3 épisodes)
– The Candy O’Hara Story (1960)
– The Jose Maria Moran Story (1959)
– The Kate Parker Story (1959)
1960 Les combattants de la nuit
1960 Overland Trail TV (4 épisodes)
– The Baron Comes Back (1960)
– Mission into Mexico (1960)
– Fire in the Hole (1960)
– Lawyer in Petticoats (1960)
1959-1960 Les incorruptibles TV (3 épisodes)
– Star Witness (1960)
– Mexican Stake-Out (1959)
– The Jake Lingle Killing (1959)
1958-1959 Letter to Loretta TV (5 épisodes)
– Strictly Personal (1959)
– 810 Franklin Street (1959)
– Seed from the East (1959)
– Strange Money (1958)
– The Last Witness (1958)
1957-1958 Goodyear Theatre TV (3 épisodes)
– Music in the Night (1958)
– Hurricane (1957)
– Voices in the Fog (1957)
1957 Alcoa Theatre TV (1 épisode)
– Encounter on a Second-Class Coach (1957)
1956 Le choix de… TV (3 épisodes)
– The Carroll Formula
– Partners
– Hot Cargo
1956 Les sept merveilles du monde Documentaire
1954 Le serment du chevalier noir
1953 Main Street to Broadway
1952 Four Star Playhouse TV
1952 Une minute avant l’heure
1951 Racket (non-crédité)
1951 Jour de terreur
1951 Trois troupiers
1950 The Fireball
1949 Un Yankee à la cour du roi Arthur
1947 Les corsaires de la terre
1946 Le facteur sonne toujours deux fois
1945 La vallée du jugement
1944 Mrs. Parkington
1944 Depuis ton départ(non-crédité)
1943 La croix de Lorraine
1943 Bataan
1942 My Favorite Spy
1941 Cheers for Miss Bishop
1940 La maison des 7 péchés
1939 Le poignard mystérieux
1939 Divorcé malgré lui
1938 La femme aux cigarettes blondes
1938 Quelle joie de vivre
1937 Stand-In
1937 Le dernier négrier
1937 L’amour en première page
1935 Professional Soldier
1935 Gosse de riche
1935 La malle de Singapour
1933 S.O.S. Iceberg
1933 Destination inconnue
1932 Voyage sans retour
1932 Okay, America!
1932 Prestige
1931 Chicago
1930 Her Man
1930 Officer O’Brien
1929 Oh, Yeah?
1929 The Flying Fool
1928 Tragédie foraine
1928 Célébrité
1925 All Wool court-métrage
1925 Riders of the Kitchen Range court-métrage
1924 Fast Black court-métrage

Comme scénariste
1922 : Broken Chains
1922 : The Hottentot
1924 : Don’t Park There
1924 : Galloping Bungalows
1925 : Honeymoon Hardships
1925 : Who’s Your Friend
1926 : That’s My Baby
1926 : Up in Mabel’s Room (en)
1926 : L’Athlète complet (The Strong Man)
1926 : Smith’s Visitor
1926 : There You Are!
1926 : The Cruise of the Jasper B
1927 : Rubber Tires
1927 : Getting Gertie’s Garter
1927 : White Gold
1927 : Sa dernière culotte (Long Pants), de Frank Capra
1927 : No Control
1927 : Turkish Delight
1928 : Skyscraper
1928 : The Cop
1928 : Power, de Howard Higgin
1928 : Celebrity
1928 : The Spieler
1929 : The Flying Fool
1929 : Oh, Yeah!
1931 : Bad Company
1932 : Prestige
1932 : Voyage sans retour (One Way Passage)
1950 : Les Rois de la piste (The Fireball)
1970 : The Delta Factor