« Concentrez-vous, ne brodez pas. »

Spencer Bonaventure Tracy est né le 5 avril 1900 à Milwaukee dans le Wisconsin aux États-Unis, il est décédé le 10 juin 1967 à Beverly Hills en Californie.

Après une scolarité médiocre chez les Jésuites, qui le destine à la prêtrise, le jeune garçon profite de l’entrée en guerre des Etats-Unis, en 1917, pour s’engager dans la Navy. Démobilisé l’année suivante, il reprend des études de médecine et découvre le plaisir du théâtre à l’université.

Au début des année vingt, il s’installe à New York et entame une carrière artistique dans une troupe de comédiens ambulants.

Il fit ses débuts sur scène en 1921 dans une pièce de théâtre intitulée The Truth, et se décida à se lancer dans une carrière d’acteur. Lors d’une tournée sa troupe, il fut auditionné pour un rôle et accepté à l’American Academy of Dramatic Arts à New York. Il excella sur les planches.

En 1930, alors qu’il joue à Broadway The last mile, une pièce de John Wexley, Spencer Tracy est remarqué par John Ford qui l’engage immédiatement pour Up the river, un film policier, aux côtés d’un autre débutant Humphrey Bogart. La Twentieth Century Fox le prend sous contrat et l’emploie ou le prête à d’autres studios. Il donne ainsi la réplique aux plus grandes stars, telles que: Jean Harlow pour Goldie (1931), Bette Davis pour 20 000 ans sous les verrous et Loretta Young pour Ceux de la zone (1933).

En 1935, il signe un nouveau contrat avec la Metro Goldwyn Mayer qui sait d’avantage exploiter son talent, son physique massif et solide et son aisance naturelle. Parmi ses plus grands rôles de cette seconde partie des années trente, nous pouvons citer: Joe Wilson, le héros injustement accusé d’un kidnapping et menacé de lynchage dans Furie (1936) de Fritz Lang; Manuel Fidello, le marin portugais dans Capitaines courageux (1937) de Victor Fleming – ce qui lui vaut son premier Oscar – et le Père Edward J. Flanagan, prêtre qui tente de remettre des jeunes délinquants dans le droit chemin dans Des hommes sont nés (1938) de Norman Taurog et pour lequel il remporte une seconde statuette.

Dans les années quarante, Spencer Tracy, superstar hollywoodienne, impose le respect par la qualité de ses interprétations. Les plus grands cinéastes font appel à son génie. Il interprète souvent des figures paternelles et pleine d’humanité: King Vidor dans Le grand passage (1940), Clarence Brown dans La vie de Thomas Edison (1940), Fred Zinnemann dans La septième croix (1944), George Sidney dans Eternel tourment (1946), Elia Kazan dans Le maître de la prairie (1947) et Frank Capra dans L’enjeu (1948).

En 1941, il fait une rencontre déterminante sur le tournage de La femme de l’année en la personne de Katharine Hepburn. Le couple vit alors une relation amoureuse secrète. Ensemble, ils apparaissent dans neuf productions, réalisées par George Stevens ou George Cukor. Ces films rencontrent tous des succès considérables.

Par la suite, Spencer Tracy tourne moins et alterne des comédies légères avec des films plus émouvants, tels que: La lance brisée (1954) de Edward Dmytryk; Un homme est passé (1955) et Le vieil homme et la mer tous deux de John Sturges; La dernière fanfare (1958) de John Ford. Dans les années soixante, abîmé par l’alcool et rongé par la maladie, il apparaît dans quatre films de Stanley Kramer, dont Devine qui vient dîner? (1967).
Il meurt peu de temps après le tournage, le 10 juin 1967, à Beverly Hills, emporté par une crise cardiaque.

Bibliographie

– Spencer Tracy: A Life, James Curtis, Knopf, 2011. (Anglais)
– Tracy et Hepburn: Les amants terribles d’Hollywood, Garson Kanin, Solar, 1974.
– Spencer Tracy, de Bill Davidson, Sphere Books, 1989. (Anglais)

Filmographie

1967 Guess Who’s Coming to Dinner de Stanley Kramer
1963 It’s a Mad Mad Mad Mad World de Stanley Kramer
1962 How the West Was Won (voix) de John Ford, Henry Hathaway, George Marshall et Richard Thorpe
1961 Judgment at Nuremberg de Stanley Kramer
1961 The Devil at 4 O’Clock de Mervyn LeRoy
1960 Inherit the Wind de Stanley Kramer
1958 The Last Hurrah de John Ford
1958 The Old Man and the Sea de John Sturges, Henry King et Fred Zinnemann
1957 Desk Set de Walter Lang
1956 The Mountain d’Edward Dmytryk
1955 Bad Day at Black Rock de John Sturges
1954 Broken Lance d’Edward Dmytryk
1953 The Actress de George Cukor
1952 Plymouth Adventure de Clarence Brown
1952 Pat and Mike de George Cukor
1951 The People Against O’Hara de John Sturges
1951 Father’s Little Dividend de Vincente Minnelli
1950 Father of the Bride de Vincente Minnelli
1949 Malaya de Richard Thorpe
1949 Adam’s Rib de George Cukor
1949 Edward, My Son de George Cukor
1948 State of the Union de Frank Capra
1947 Cass Timberlane de George Sidney
1947 The Sea of Grass d’Elia Kazan
1945 Without Love d’Harold S. Bucquet
1944 Thirty Seconds Over Tokyo de Mervyn LeRoy
1944 The Seventh Cross de Fred Zinnemann
1943 A Guy Named Joe de Victor Fleming
1942 Keeper of the Flame de George Cukor
1942 Tortilla Flat de Victor Fleming
1942 Woman of the Year de George Stevens
1941 Dr. Jekyll and Mr. Hyde de Victor Fleming
1941 Men of Boys Town de Norman Taurog
1940 Boom Town de Jack Conway
1940 Edison, the Man de Clarence Brown
1940 ‘Northwest Passage’ (Book I — Rogers’ Rangers) de King Vidor, Jack Conway et W.S. Van Dyke
1940 Young Tom Edison (non crédité) de Norman Taurog
1940 I Take This Woman de W.S. Van Dyke, Frank Borzage et Josef von Sternberg
1939 Stanley and Livingstone d’Henry King et Otto Brower
1938 Boys Town de Norman Taurog
1938 Test Pilot de Victor Fleming
1937 Mannequin de Frank Borzage
1937 Big City de Frank Borzage et George B. Seitz
1937 Captains Courageous de Victor Fleming
1937 They Gave Him a Gun de W.S. Van Dyke
1936 Libeled Lady de Jack Conway
1936 San Francisco de W.S. Van Dyke
1936 Fury de Fritz Lang
1936 Riffraff de J. Walter Ruben
1935 Whipsaw de Sam Wood
1935 Dante’s Inferno d’Harry Lachman
1935 The Murder Man de Tim Whelan
1935 It’s a Small World d’Irving Cummings
1934 Marie Galante d’Henry King
1934 Now I’ll Tell d’Edwin J. Burke
1934 Bottoms Up de David Butler
1934 Looking for Trouble de William A. Wellman
1934 The Show-Off de Charles Reisner
1933 Man’s Castle de Frank Borzage
1933 The Mad Game d’Irving Cummings
1933 The Power and the Glory de William K. Howard
1933 Shanghai Madness de John G. Blystone
1933 Face in the Sky d’Harry Lachman
1932 20,000 Years in Sing Sing de Michael Curtiz
1932 Me and My Gal de Raoul Walsh
1932 The Painted Woman de John G. Blystone
1932 Society Girl de Sidney Lanfield
1932 Young America de Frank Borzage
1932 Disorderly Conduct de John W. Considine Jr.
1932 Sky Devils d’A. Edward Sutherland
1932 She Wanted a Millionaire de John G. Blystone
1931 Goldie de Benjamin Stoloff
1931 Six Cylinder Love de Thornton Freeland
1931 Quick Millions de Rowland Brown
1930 Up the River de John Ford
1930 The Hard Guy (Court-métrage) d’Arthur Hurley
1930 Taxi Talks (Court-métrage) de Roy Mack
1930 The Strong Arm (Court-métrage) d’Edmund Joseph