« Le créateur doit être un passeur entre l’invisible et le visible. »

Serge Daney est un critique de cinéma français né à Paris le 4 juin 1944 et mort le 12 juin 1992. Il est parti de la critique de films pour passer à une critique de la télévision et a fini par développer une théorie critique de l’image.

Lors de ses études secondaires au lycée Voltaire à Paris, il a pour professeur de littérature Henri Agel qui lui fait découvrir les films documentaires Nuit et Brouillard d’Alain Resnais, et Le Sang des bêtes de Georges Franju dans le ciné-club qu’il anime.

Après avoir fondé une revue Visages du cinéma en 1962, Serge Daney commence sa carrière comme critique aux Cahiers du cinéma, en 1964, invité par Jean Douchet (à la fin de la période jaune — en référence à la couleur de la couverture — période où des critiques comme François Truffaut, Jean-Luc Godard, Éric Rohmer ou Jacques Rivette passent à la réalisation et lancent la Nouvelle Vague). Après 1968, il voyage, puis devient, en 1973, aux côtés de Serge Toubiana, rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, après une période de grands débats théoriques et d’engagement politique radical, sur fond de maoïsme. Daney appellera cela la période « non légendaire des Cahiers ».

En 1981, il quitte les Cahiers, et rejoint le quotidien Libération, d’abord comme critique cinéphile, mais avec la volonté d’y créer une rubrique plus large consacrée à l’image. Il s’intéresse tout particulièrement à la télévision et écrit des séries d’articles sur les films télédiffusés et la programmation télévisuelle. De 1985 à 1990, il anime également une émission hebdomadaire, Microfilms, sur la radio France Culture, où il reçoit un invité pour parler de sujets ayant trait au cinéma (Coffret de 12 émissions de Microfilms réunis sur 6 CD). Il a donné des cours de cinéma à la Faculté de Censier de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

En 1991, il revient à la critique cinématographique et fonde la revue trimestrielle Trafic.

Serge Daney meurt des suites du sida le 12 juin 1992.

Publications

– La Maison cinéma et le monde. Tome 4, Le moment « Trafic » (1991-1992), 2015.
– La Maison cinéma et le monde. Tome 3, Les années Libé (la suite), P.O.L., 2012.
– La Maison cinéma et le monde. Tome 2, Les années Libé, 1981-1985, P.O.L., 2002.
– La Maison cinéma et le monde. Tome 1, Le temps des Cahiers, 1962-1981, P.O.L., 2001.
– La politique des auteurs, Cahiers du cinéma, 2001.
– Ciné journal. Volume II, 1983-1986, Cahiers du cinéma, 1998.
– Persévérance : entretien avec Serge Toubiana, P.O.L., 1994.
– L’amateur de tennis : critiques 1980-1990, P.O.L, 1994.
– L’exercice a été profitable, Monsieur, P.O.L., 1993.
– Devant la recrudescence des vols de sacs à main : cinéma, télévision, information (1988-1991), Aléas, 1993.
– Spécial cinéma soviétique, Cahiers du cinéma, 1990.
– Le Salaire du zappeur, Ramsay, 1988, rééd. P.O.L., 1993.
– Ciné journal, 1981-1982, Cahiers du cinéma, 1986.
– La Rampe, cahier critique 1970-1982, Gallimard, 1983.

Bibliographie

– Thomas A. Ravier, « Vierge folle », dans L’Œil du prince, Gallimard, 2008.
– J.F. Pigoullie, Serge Daney ou la morale d’un ciné-fils, Aleas, 2006.
– Serge Daney : itinéraire d’un ciné-fils, entretien avec Régis Debray, Jean-Michel Place éditeur, 1999.
– Axelle Ropert, « Serge Daney, anatomie d’un succès », La Bibliothèque du film,‎ 2005.
– Dialogues avec Daney, Louis Skorecki, PUF, 2007

Filmographie

1992 Océaniques de Pierre-André Boutang et Dominique Rabourdin (Documentaire TV)
– Serge Daney: Itinéraire d’un ‘ciné-fils’ (entretien avec Régis Debray)
1991 L’Ombre qui pensait plus vite que son homme de Bernard Mantelli
1990 Cinéma, de notre temps de Claire Denis avec Serge Daney (Documentaire TV)
Jacques Rivette – Le veilleur
1984 Cinématon de Gérard Courant
1983 Orson Welles à la cinémathèque de Pierre-André Boutang, Guy Séligmann