« la Sicile m’attire pour plusieurs raisons, est-ce que je sais, peut-être parce que c’est une terre vraiment tragique et comique à la fois, mais surtout tragique. »

Pietro Germi, né le 14 septembre 1914 à Gênes, mort le 5 décembre 1974 à Rome, est un réalisateur, scénariste, acteur et producteur.

Il étudie au Centro Sperimentale di Cinematografia à Rome et débute dans la réalisation en 1945 avec Le témoin, un polar assez éloigné du néoréalisme de l’époque. Avec Au nom de la loi (1949) il remporte un franc succès et la reconnaissance de ses pairs. Il change de registre l’année suivante avec Le chemin de l’espérance, un drame néoréaliste présenté à Cannes et qui remporte des prix dans divers festivals internationaux avant de revenir au film noir en 1951 avec l’excellent La città si difende.

S’ensuit une période chaotique de désaveu critique mais de succès publics qui vont de Meurtres à l’italienne (1959) à Divorce à l’italienne (1961) avec lequel il triomphe même aux Etats-Unis où il est nominé aux oscars. Cette attention satirique aux mœurs méridionales il lui opposera en 1965 Ces messieurs dames, féroce satire de la bourgeoisie de vénétie. Il remporte cette année la palme d’or à Cannes ex aequo avec Un homme et une femme de Claude Lelouch, comprenne qui pourra…
Après Alfredo Alfredo en 1972 avec Dustin Hoffman et Stefania Sandrelli, comédie qui déroute à nouveau la critique puis il entame Mes chers amis mais ses ennuis de santé le contraignent à céder le projet à son ami Mario Monicelli qui en assurera la mise en scène.

Il décède le 5 décembre 1974 à Rome.

Biographie

– Il cammino della speranza. Da Pietro Germi ai nostri giorni, de Carlo Carotti, Kaplan, 2019. (Italien)
– Il cinema di Pietro Germi, de Luca Malavasi et Emiliano Morreale, Edizioni Sabinae, 2016. (Italien)
– La vita è fatta di incontri: 6 racconti brevi su sfondo romano, de Marco Pizzi, 2016. (Italien)
– Sicilia terra di elezione. Viaggio nel cinema siciliano di Pietro Germi, de Lorenzo Catania, Algra, 2015. (Italien)
– Pietro Germi. Il siciliano, de Sebastiano Gesù, 40due Edizioni, 2014. (Italien)
– Pietro Germi et la comédie à l’italienne, de Charlotte Leclerc-Dafol, L’Harmattan, 2012.
– Le donne, la famiglia, il lavoro nel cinema di Pietro Germi, de Carlo Carotti, Lampi di Stampa, 2011. (Italien)
– Signori e signore: Pietro Germi, de Carlo Verdone, Martin Scorsese, et Mario Sesti, Gli Ori, 2008. (Italien)
– La poesia dell’individuo. Il cinema di Pietro Germi, de Alessandro Tedeschi Turco, Cierre Edizioni, 2005. (Italien)
– Pietro Germi. La frontiera e la legge, de Caldiron Orio, Bulzoni, 2004. (Italien)
– Pietro Germi. The latin loner, de Mario Sesti et D. Tabbat, Edizioni Olivares, 1999. (Anglais)
– «Signore e signori» di Pietro Germi. Uno sguardo ridente sull’ipocrisia morbida, de Lino Miccichè, Lindau, 1997. (Italien)
– Pietro Germi: Le cinéma frontalier, de Orio Caldiron, Gremese, 1995.

Filmographie comme réalisateur

1972 Alfredo Alfredo réalisation et scénario
1970 Le castagne sono buone réalisation et scénario
1968 Serafino ou L’amour aux champs réalisation et scénario
1967 Beaucoup trop pour un seul homme réalisation et scénario
1966 Belles dames, vilains messieurs réalisation et scénario
1964 Séduite et abandonnée réalisation et scénario
1961 Divorce à l’italienne réalisation et scénario
1959 Meurtre à l’italienne réalisation et scénario
1958 L’homme de paille réalisation et scénario
1956 Le disque rouge réalisation et scénario
1954 Amours d’une moitié de siècle (segment « Guerra 1915-18 »)
1953 Gelosia réalisation et scénario
1952 Mademoiselle la Présidente
1952 La tanière des brigands réalisation et scénario
1951 Traqué dans la ville réalisation et scénario
1950 Le chemin de l’espérance réalisation et scénario
1949 Au nom de la loi réalisation et scénario
1948 Jeunesse perdue réalisation et scénario
1946 Le témoin réalisation et scénario

Filmographie comme scénariste

1975 Mes chers amis de Mario Monicelli
1953 Black 13 de Ken Hughes
1950 Contre la loi de Flavio Calzavara
1945 I dieci comandamenti de Giorgio Walter Chili
1943 Gli ultimi filibustieri de Marco Elter
1943 Il figlio del corsaro rosso de Marco Elter
1941 L’amore canta de Ferdinando Maria Poggioli
1939 Retroscena de Alessandro Blasetti