Paul Meurisse est un comédien français, né le 21 décembre 1912 à Dunkerque et mort le 19 janvier 1979 à Neuilly-sur-Seine.

Issu d’une famille de petite bourgeoisie, il passe son enfance en Corse, puis à Dijon et fait ses études de droit à Aix-en-Provence où il devient clerc de notaire. Attiré par les tréteaux, il monte à Paris en 1936 pour participer à un radio-crochet, qu’il remporte. Il devient danseur de revue au Trianon, puis présente un tour de chant dans les cabarets, en interprétant de façon lugubre des chansons gaies. Pierre Dac le remarque et l’emmène en tournée. Dans son premier film, 24 heures de perm’, tourné en 1940 mais sorti en salles en 1945, on le voit dans un court extrait de son tour de chant.

Mobilisé en 1939, il retourne au music-hall après la défaite et côtoie Maurice Chevalier sur scène. En avril 1940, il crée aux côtés d’Édith Piaf Le Bel indifférent de Jean Cocteau au théâtre des Bouffes-Parisiens. Elle devient sa compagne jusqu’en 1942. Par la suite, il se mariera avec trois actrices : Michèle Alfa (de 1942 à 1946), Micheline Cheirel (de 1951 à 1955) et Micheline Gary (de 1965 à sa mort, en 1979).

Après quelques rôles secondaires, sa carrière cinématographique démarre véritablement en 1946 avec Macadam dans lequel il interprète un voyou.

Acteur prolifique au cinéma, c’est aussi un comédien de tout premier plan au théâtre. Il est pensionnaire de la Comédie-Française à partir de 1956, mais doit quitter la Troupe de Molière lorsqu’il refuse de signer son contrat de sociétaire.

Il interprète la plupart de ses rôles avec la même élégance et le même flegme, tour à tour ironique ou inquiétant. Comme Jean Gabin ou Lino Ventura, il ne composait pas ses rôles, mais restait lui-même, parfois avec une affectation touchant à l’autodérision (en particulier dans L’Œil du monocle).

L’un de ses meilleurs rôles, pour ne pas dire le meilleur, est celui où il incarne le commissaire Blot dans le film Le Deuxième Souffle de Jean Pierre Melville avec un monologue époustouflant lors de sa première apparition.

Il publie ses mémoires, Les Éperons de la liberté, à la veille de sa mort d’une crise cardiaque le 19 janvier 1979. Il est inhumé au cimetière ancien de Neuilly-sur-Seine.

Bibliographie

– Les éperons de la liberté, de Paul Meurisse, Robert Laffont, 1979.
– Un récit photographique: La fleur de l’âge, le film maudit de Marcel Carné d’après un scénario de Jacques Prévert,
Emile Savitry et Carole Aurouet, Gallimard, 2013.

Filmographie comme acteur

1976 L’éducation amoureuse de Valentin de Jean L’Hôte
1975 Le gitan de José Giovanni
1974 Les suspects de Michel Wyn
1973 Les voraces de Sergio Gobbi
1971 Doucement les basses de Jacques Deray
1971 Le cri du cormoran, le soir au-dessus des jonques de Michel Audiard
1969 The Army of Shadows de Jean-Pierre Melville
1966 Le deuxième souffle de Jean-Pierre Melville
1966 Der Kongreß amüsiert sich de Géza von Radványi
1965 Quand passent les faisans d’Édouard Molinaro
1965 La grosse caisse d’Alex Joffé
1965 Le majordome de Jean Delannoy
1965 Moi et les hommes de 40 ans de Jacques Pinoteau
1964 Le monocle rit jaune de Georges Lautner
1963 L’assassin connaît la musique… de Pierre Chenal
1963 Les tontons flingueurs (non crédité) de Georges Lautner
1963 Méfiez-vous, mesdames! d’André Hunebelle
1963 Du mouron pour les petits oiseaux de Marcel Carné
1962 L’oeil du monocle de Georges Lautner
1962 Carillons sans joie de Charles Brabant
1961 Les nouveaux aristocrates de Francis Rigaud
1961 Le jeu de la vérité de Robert Hossein
1961 Le monocle noir de Georges Lautner
1960 La vérité d’Henri-Georges Clouzot
1960 La française et l’amour de Michel Boisrond (segment « : « La Virginité »), Christian-Jaque (segment « Le Divorce »), René Clair (segment « : « Le Mariage »), Henri Decoin (segment « : « L’Enfance »), Jean Delannoy (segment « : « L’Adolescence »), Jean-Paul Le Chanois (segment « La Femme seule ») et Henri Verneuil
1959 Simenon (Court-métrage) de Jean-François Hauduroy
1959 Le déjeuner sur l’herbe de Jean Renoir
1959 La tête contre les murs de Georges Franju
1959 Guinguette de Jean Delannoy
1959 Marie-Octobre de Julien Duvivier
1958 Le septième ciel de Raymond Bernard
1958 Échec au porteur de Gilles Grangier
1957 Les violents d’Henri Calef
1957 L’inspecteur aime la bagarre de Jean-Devaivre
1957 Jusqu’au dernier de Pierre Billon
1955 L’affaire des poisons d’Henri Decoin
1955 Fortune carrée de Bernard Borderie
1955 Les diaboliques d’Henri-Georges Clouzot
1954 La contessa di Castiglione de Georges Combret
1953 Je suis un mouchard de René Chanas
1952 Sergil chez les filles de Jacques Daroy
1951 Ma femme est formidable (non crédité) d’André Hunebelle
1951 Sérénade au bourreau de Jean Stelli
1951 Maria du bout du monde de Jean Stelli
1950 Agnès de rien de Pierre Billon
1949 Dernière heure, édition spéciale de Maurice de Canonge
1949 L’ange rouge de Jacques Daniel-Norman
1948 Scandale de René Le Hénaff
1948 Sergil et le dictateur de Jacques Daroy
1948 Impasse des deux anges de Maurice Tourneur
1948 Le dessous des cartes d’André Cayatte
1948 Le colonel Durand de René Chanas
1948 Manù il contrabbandiere de Lucio De Caro
1948 La dame d’onze heures de Jean-Devaivre
1947 La fleur de l’âge de Marcel Carné
1947 Bethsabée de Léonide Moguy
1947 Monsieur Chasse de Willy Rozier
1947 Inspecteur Sergil de Jacques Daroy
1946 Macadam de Jacques Feyder et Marcel Blistène
1946 L’insaisissable Frédéric de Richard Pottier
1945 Marie la Misère de Jacques de Baroncelli
1945 Vingt-quatre heures de perm’ de Maurice Cloche
1943 La ferme aux loups de Richard Pottier
1942 Mariage d’amour d’Henri Decoin
1942 Défense d’aimer de Richard Pottier
1941 Montmartre sur Seine de Georges Lacombe
1941 Ne bougez plus de Pierre Caron