« Ce n’est pas un vieux film si vous ne l’avez pas vu. »

Lauren Bacall, née Betty Joan Perske le 16 septembre 1924 et morte le 12 août 2014 à New York, est une actrice américaine de cinéma et de théâtre.

Ses deux parents sont issus de l’immigration juive. Sa mère, née à Ellis Island, a ses racines en Roumanie et son père est né dans le New Jersey de parents immigrés de Pologne.

Betty n’a que cinq ans quand ses parents divorcent. Elle est alors élevée par sa mère, qui la pousse à apprendre la danse et la comédie. Elle ne voit plus beaucoup son père et est très proche de sa mère. Elle décide de prendre le deuxième nom roumain de sa mère, Bacall.

Lauren Bacall entame une carrière de mannequin adolescente. Parallèlement, elle fait de petites apparitions sur scène à Broadway. Engagée par le magazine Harper’s Bazaar en 1942 comme mannequin, elle en fait la couverture en mars 1943. Elle apparaît aussi dans Vogue. Elle se fait remarquer pour « sa grâce féline, ses cheveux blond épais et ses yeux bleu-verts ».

En 1941, Bacall commence des études à l’American Academy of Dramatic Arts, où elle côtoie Kirk Douglas alors qu’elle cumule un emploi d’ouvreuse de cinéma et de mannequin.

Elle fait ses débuts sur les planches à Broadway en 1942, à l’âge de 17 ans dans Johnny 2 X 4.
Durant la période où elle continue à être mannequin, la femme d’Howard Hawks, Nancy, tombe sur la couverture du Harper’s Bazaar Magazine et presse son mari de lui faire passer une audition pour Le Port de l’angoisse. Cette dernière voit en elle la possibilité de réaliser l’ambition de son mari qui consiste à « créer » un nouveau profil de star de cinéma. Hawks demande à sa secrétaire de se renseigner sur elle, mais à la suite d’une incompréhension de cette dernière, elle lui envoie un billet d’avion pour Hollywood pour venir passer une audition.

Hawks lui propose alors d’interpréter le personnage principal de son prochain film le Port de l’angoisse, adaptation du roman d’Ernest Hemingway En avoir ou pas. Il lui fait signer un contrat de sept ans avec un salaire hebdomadaire de cent dollars et commence à s’occuper de sa carrière. Hawks lui fait changer son prénom pour Lauren et Perske adopte définitivement le deuxième nom de sa mère, Bacall et Lauren Bacall devient son nom de scène définitif. Nancy Hawks la prend sous son aile. Nancy lui apprend à s’habiller de manière sophistiquée, la guide en matière d’élégance, dans ses goûts et manières. Bacall s’entraîne à avoir une voix plus basse, profonde et sexy. Lorsque Hawks l’emmène à Hollywood, il lui fait prendre des cours auprès d’un coach vocal pour abaisser la tonalité de sa voix.

Lorsqu’il lui annonce qu’elle aura pour partenaire Humphrey Bogart, Lauren Bacall ne se montre guère enthousiaste, indiquant qu’elle aurait préféré jouer avec Cary Grant8. Le tournage est marqué par deux événements importants pour Bacall. Premièrement, elle est terrifiée par la caméra et garde la tête baissée contre sa poitrine, levant seulement les yeux pour regarder son partenaire.

Deuxièmement, sa relation avec Bogart quitte le registre professionnel et ils entament une relation amoureuse, au grand dam de Hawks.

Jack Warner la choisit alors pour un autre film noir, Agent secret (1945) avec Charles Boyer, pour lequel elle doit prendre l’accent anglais. Des années plus tard, elle admet l’avoir mal fait et déteste le film qui a été, par ailleurs, un échec, ce qui a affecté provisoirement sa carrière.

Elle épouse en 1945 Humphrey Bogart, après que ce dernier eut divorcé, étant déjà marié. Ils sont considérés comme incarnant un couple modèle à Hollywood et restent ensemble jusqu’à la mort de l’acteur en 1957. Ils tournent ensemble trois films après le Port de l’angoisse : Le Grand Sommeil (The Big Sleep), les Passagers de la nuit (Dark Passage) et Key Largo de John Huston.

Dans les années 1950, elle se tourne également vers la comédie, notamment dans Comment épouser un millionnaire et Les femmes mènent le monde.

À la mort de Bogart, Bacall quitte la Californie pour New York où elle se produit au théâtre à Broadway. Elle joue dans plusieurs pièces jusqu’en 1995, dont Goodbye, Charley en 1959, Cactus Flower en 1965, Applause en 1970 et Woman of the Year en 1981. Si celle-ci se ralentit, elle n’abandonne pas pour autant sa carrière cinématographique et tourne régulièrement depuis 1959 avec des réalisateurs aussi différents que Sidney Lumet (Le Crime de l’Orient-Express) en 1974, Robert Altman (Health en 1979, Prêt-à-porter en 1994), ou Lars von Trier (Dogville en 2002). Elle joue son propre rôle dans la série télévisée Les Soprano.

Lauren Bacall décède le 12 août 2014 à New York.

Bibliographie

– Lauren Bacall et moi, Frank Bertrand, L’Ecarlate, 2013.
– Lauren Bacall seule, Lauren Bacall, Michel Lafon, 2005.
– Laurent Bacall, Humphrey Bogart: Un amour sans nuages, Jean-Marc Loubier, Solar, 2001.
– Lauren Bacall maintenant, Lauren Bacall, Stock, 1995.
– Lauren Bacall par moi-même, Lauren Bacall, Stock, 1979/Le Livre de poche, 1980/Stock, 1995.
– Lauren Bacall: A Bio-Bibliography, Brenda Scott Royce, Greenwood Press, 1992. (Anglais)
– Lauren Bacall : her films and career, Lawrence J. Quirk, Citadel Press, 1986. (Anglais)
– Bogart et Bacall : une histoire d’amour, Joe Hyams, Olivier Orban, 1979.
– Lauren Bacall : By Myself, Lauren Bacall, Mass Market Paperback, 1978.

Filmographie

2014 Family Guy (voix) (TV Series)
– Mom’s the Word
2012 The Forger de Lawrence Roeck
2012 Ernest et Célestine (version anglaise, voix) de Stéphane Aubier, Vincent Patar et Benjamin Renner
2010 Wide Blue Yonder de Robert Young
2008 Scooby-Doo and the Goblin King (voix) (Video) de Joe Sichta
2008/IV Eve (Court-métrage) de Natalie Portman
2007 The Walker de Paul Schrader
2005 These Foolish Things de Julia Taylor-Stanley
2005 Manderlay de Lars von Trier
2004 The Limit (Video) de Lewin Webb
2004 Birth de Jonathan Glazer
2004 Le Château ambulant (version anglaise, voix) d’Hayao Miyazaki
2004 Amália Traïda (Court-métrage) de Francesco Vezzoli
2003 Dogville de Lars von Trier
1999 The Venice Project de Robert Dornhelm
1999 Diamonds de John Asher
1999 Presence of Mind d’Antoni Aloy
1999 Madeline: Lost in Paris (voix) de Stan Phillips et Marija Miletic Dail
1999 Too Rich: The Secret Life of Doris Duke (TV) de John Erman
1998 Chicago Hope (TV)
– Absent Without Leave
– Risky Business
1997 Le jour et la nuit de Bernard-Henri Lévy
1996 My Fellow Americans de Peter Segal
1996 The Mirror Has Two Faces de Barbra Streisand
1995 From the Mixed-Up Files of Mrs. Basil E. Frankweiler (TV) de Marcus Cole
1994 Prêt-à-Porter de Robert Altman
1993 Great Performances (voix) (TV)
– Leonard Bernstein: The Gift of Music
1993 Screen One (TV)
– A Foreign Field
1993 The General Motors Playwrights Theater (TV)
– The Parallax Garden
1993 The Portrait (TV) d’Arthur Penn
1991 All I Want for Christmas de Robert Lieberman
1991 A Star for Two de Jim Kaufman
1990 The Real Story of the Three Little Kittens (voix) (Court-métrage video) de Peter Sander
1990 Misery de Rob Reiner
1990 A Little Piece of Sunshine (TV) de James Cellan Jones
1989 Dinner at Eight (TV) de Ron Lagomarsino
1989 Tree of Hands de Giles Foster
1988 Mr. North de Danny Huston
1988 Appointment with Death de Michael Winner
1981 The Fan d’Ed Bianchi
1980 HealtH de Robert Altman
1979 The Rockford Files (TV)
– Lions, Tigers, Monkeys and Dogs: Part 2
– Lions, Tigers, Monkeys and Dogs: Part 1
1978 Perfect Gentlemen (TV) de Jackie Cooper
1976 The Shootist de Don Siegel
1974 Murder on the Orient Express de Sidney Lumet
1973 Applause (TV) de Ron Field et Bill Foster
1966 Harper de Jack Smight
1965 Bob Hope Presents the Chrysler Theatre (TV)
– Double Jeopardy
1964 Sex and the Single Girl de Richard Quine
1964 Mr. Broadway (TV)
– Something to Sing About
– Take a Walk Through a Cemetery
1964 Shock Treatment de Denis Sanders
1963 Dr. Kildare (TV)
– The Oracle
1963 The DuPont Show of the Week (TV)
– A Dozen Deadly Roses
1959 North West Frontier de J. Lee Thompson
1958 The Gift of Love de Jean Negulesco
1957 Designing Woman de Vincente Minnelli
1956 Written on the Wind de Douglas Sirk
1956 Patterns (non créditée) de Fielder Cook
1956 Blithe Spirit (TV) de Noël Coward et Frederick De Cordova
1956 Ford Star Jubilee (TV)
– Blithe Spirit
1955 Blood Alley de William A. Wellman et John Wayne (non crédité)
1955 The Cobweb de Vincente Minnelli
1955 Producers’ Showcase (TV)
– The Petrified Forest
1954 Woman’s World de Jean Negulesco
1953 How to Marry a Millionaire de Jean Negulesco
1950 Bright Leaf de Michael Curtiz
1950 Young Man with a Horn de Michael Curtiz
1948 Key Largo de John Huston
1947 Dark Passage de Delmer Daves
1946 The Big Sleep d’Howard Hawks
1945 Confidential Agent d’Herman Shumlin
1944 To Have and Have Not d’Howard Hawks