« Je suis un misanthrope mondain, un solitaire bavard. »

Jean-Pierre Marielle est un acteur français, né le 12 avril 1932 à Dijon.

L’un de ses professeurs l’encourage plutôt à devenir comédien de théâtre. Il monte à Paris, se présente au Centre d’Art Dramatique de la rue Blanche et intègre le Conservatoire national. Il s’y lie d’amitié avec Jean-Paul Belmondo et Jean Rochefort et en sort avec le second prix de comédie classique en 1954.

À la suite de l’échec de Climats en 1962, il tente sa chance au cabaret au côté de Guy Bedos avant de retourner au cinéma.

Ses débuts consistèrent en quelques rôles sur les planches avec la compagnie Grenier-Hussenot, notamment dans des pièces de Pinter, et quelques petites apparitions sur grand écran à la fin des années 1950, avec sa voix particulière lui donnant les moyens de jouer des personnages plus âgés. Mais, déçu par ses premiers rôles au cinéma, il se tourna un moment vers le cabaret.

Il débute dans un film d’Henri Decoin, Tous peuvent me tuer (1957), sa carrière cinématographique commence véritablement dans les années 1960, dans des films tels que Faites sauter la banque (1963), jouant aux côtés de Louis de Funès, Week-end à Zuydcoote (1964), Un monsieur de compagnie (1965) et surtout Le diable par la queue (1969), où le réalisateur Philippe de Broca lui donna l’occasion d’exprimer tout son talent. Mais sa popularité explosa vraiment au cours des années 1970 où il apparut dans beaucoup de comédies notamment dans Sex-shop (1972) de Claude Berri dans lequel il incarne un dentiste vicieux fort en gueule, La Valise (1973) de Georges Lautner où il incarne un espion israélien qui tente de rejoindre la France dans la valise diplomatique à travers des pays arabes, Comment réussir quand on est con et pleurnichard (1974) de Michel Audiard, On aura tout vu (1976) de Georges Lautner où il incarne un savoureux producteur de films pornographiques, Calmos (1976) de Bertrand Blier considéré comme un véritable pamphlet anti-féministe et Cause toujours… tu m’intéresses ! (1979) de Édouard Molinaro où il donne la réplique à son amie de toujours, Annie Girardot.

Mais ce sont des rôles dramatiques qui lui apportèrent une grande notoriété dans la profession, notamment dans Dupont Lajoie de Yves Boisset (1974), Que la fête commence (1974) de Bertrand Tavernier où il incarne un Marquis de Pontcallec grandiloquent, Les Galettes de Pont-Aven (1975) de Joël Séria, film devenu culte dans lequel il explose littéralement dans le rôle d’un citoyen banal en quête d’identité et de bonheur, cette performance lui vaudra une nomination en tant que meilleur acteur à la première cérémonie des César, Un moment d’égarement (1977) de Claude Berri où il incarne un rôle difficile de père de famille tombant amoureux de la fille de son meilleur ami, et enfin Coup de torchon (1981) de Bertrand Tavernier, il y incarne à la fois un proxénète ordurier et son frère militaire, cette double composition lui vaudra une seconde nomination aux César, cette fois-ci en tant que second rôle.

Les années 1980 sont marquées par de multiples comédies où Marielle excelle, notamment dans Signes extérieurs de richesse (1983) ou Hold-up (1985), mais il prouve une fois de plus son aisance de la registre dramatique notamment dans Les mois d’avril sont meurtriers (1987) de Laurent Heynemann dans lequel incarne un flic désabusé et suicidaire. Durant cette décennie, on retiendra aussi Quelques jours avec moi (1988) de Claude Sautet, dans lequel il incarne face à Daniel Auteuil et Sandrine Bonnaire, un personnage qui se révèle d’une profonde humanité.

Les années 1990 marquent un tournant dans la carrière de l’acteur, il est considéré par beaucoup comme un mercenaire du cinéma français (c’est son ami Bernard Blier qui le qualifiait ainsi). Il tourne notamment Uranus (1990) de Claude Berri réunissant une distribution de premier choix, à ses côtés Gérard Depardieu, Michel Blanc, Philippe Noiret, Fabrice Luchini, Gérard Desarthe, Daniel Prévost et Michel Galabru, Marielle y incarne un ingénieur hypocrite rongé de remords dans ses actions durant la Seconde Guerre mondiale.

En 1991, il tourne le film le plus important de sa carrière : Tous les matins du monde réalisé par Alain Corneau. Il s’agit de l’un des chefs-d’œuvre du réalisateur, adapté de Pascal Quignard, qui pose des questions existentielles sur l’art, la musique et l’émotion. Jean-Pierre Marielle y incarne Jean de Sainte-Colombe, violiste veuf et janséniste, refusant les honneurs de Versailles et les sollicitations de Louis XIV pour vivre en reclus à la campagne avec ses deux filles avant qu’il n’accepte, malgré lui, de recevoir un élève nommé Marin Marais, interprété à la fois par Guillaume et Gérard Depardieu. Le film attire plus de 2 millions de spectateurs en salles et devient le succès inattendu de 1991 avec Delicatessen de Jean-Pierre Jeunet. Tous les matins du monde est récompensé par le Prix Louis-Delluc 1991 et sept Césars en 1992.

En 1996, il livre une performance hilarante aux côtés de ses deux amis Jean Rochefort et Philippe Noiret dans la comédie Les Grands Ducs, où il interprète un acteur « has-been » râleur et dézingué. Bien que le film n’ait pas rencontré le succès escompté à l’époque, il devient au fil du temps un film culte.

En 1999, il joue son propre rôle dans le film Les Acteurs de Bertrand Blier dans lequel il donne la réplique à André Dussollier et Jacques Villeret, eux-mêmes dans leur propres rôles.

En 2005, on le retrouve aux côtés de Jacques Villeret et Denis Podalydès dans Les Âmes grises où il interprète un procureur mystérieux et austère mêlé à deux meurtres.

En 2007, il joue le rôle d’un homme voulant éternellement rester jeune et ne pensant qu’à faire le beau auprès de femmes bien plus jeunes que lui dans Faut que ça danse !.

Il a également effectué une brillante carrière sur les planches et a reçu un Molière du meilleur comédien en 1994 pour son interprétation dans Le retour de Harold Pinter.

Bibliographie

– La Bande à Bébel, de Philippe Durant, L’Archipel, 2019.
– La Bande du conservatoire, de Philippe Durant, Sonatine, 2013.
– Les Visages du cinéma : 35 portraits non-conformistes, Arnaud Guyot-Jeannin, Xenia, 2012.
– Les Éléphants:Blier, Carmet, Marielle, Rochefort et les autres, de Philippe Durant, Sonatine, 2012.
– SCHNOCK N°1 Jean-Pierre Marielle, Collectif, Tengo, 2011.
– Le Louvre à cheval, Jean Rochefort et Edwart Vignot, Éd. Place des Victoires/Musée du Louvre, 2011.
– Le grand n’importe quoi, Jean-Pierre Marielle, Éditions Calmann-Lévy, septembre 2010.
– Les plus beaux contes de Grimm, racontés par Jean-Pierre Marielle, Éditions Auzou, 2008.

Filmographie

2016 Capitaine Marleau (TV)
– Le domaine des soeurs Meyer
2015 Phantom Boy (voix) de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol
2014 Une heure de tranquillité de Patrice Leconte
2014 Valse à trois (Court-métrage) de Lubna Playoust
2014 Des Roses en Hiver (TV) de Lorenzo Gabriele
2014 Tu veux… ou tu veux pas? de Tonie Marshall
2013 Indiscrétions (TV) de Josée Dayan
2012 La fleur de l’âge de Nick Quinn
2012 Max de Stéphanie Murat
2012 Les seigneurs d’Olivier Dahan
2012 Rondo d’Olivier van Malderghem
2012 Nos retrouvailles (TV) de Josée Dayan
2011 Chez Maupassant (TV)
– Mon oncle Sosthène
2011 Bouquet final (TV) de Josée Dayan
2010 Santa’s Apprentice (version française, voix) de Luc Vinciguerra
2010 La peau de chagrin (TV) d’Alain Berliner
2010 Pièce montée de Denys Granier-Deferre
2009 Darwin (r)évolution (TV) de Philippe Tourancheau
2009 Mic Macs à Tire-Larigot de Jean-Pierre Jeunet
2008 Elles et moi (TV)
– Episode 1.1
2008 Livrez-nous Grynszpan (TV) (voix) de Joël Calmettes
2007 Ce que mes yeux ont vu de Laurent de Bartillat
2007 Faut que ça danse! de Noémie Lvovsky
2006 Le grand Meaulnes de Jean-Daniel Verhaeghe
2006 The Da Vinci Code de Ron Howard
2005 Les âmes grises d’Yves Angelo
2005 Galilée ou L’amour de Dieu (TV) de Jean-Daniel Verhaeghe
2004 Atomik Circus – Le retour de James Bataille de Didier Poiraud et Thierry Poiraud
2004 Pride (TV) de John Downer
2004 Demain on déménage de Chantal Akerman
2003 La petite Lili de Claude Miller
2003 Le nouveau testament (TV) d’Yves Di Tullio et Bernard Murat
2001 Madame De… (TV) de Jean-Daniel Verhaeghe
2000 Les acteurs de Bertrand Blier
1999 Une pour toutes de Claude Lelouch
1996 L’élève d’Olivier Schatzky
1996 Les grands ducs de Patrice Leconte
1995 Les Milles de Sébastien Grall
1994 Le sourire de Claude Miller
1994 Le parfum d’Yvonne de Patrice Leconte
1993 Un, deux, trois, soleil de Bertrand Blier
1992 Max & Jeremie de Claire Devers
1992 La controverse de Valladolid (TV) de Jean-Daniel Verhaeghe
1991 Tous les matins du monde d’Alain Corneau
1990 Uranus de Claude Berri
1990 Clérambard (TV) de Marcel Bluwal
1990 Six crimes sans assassins (TV) de Bernard Stora
1989 Bouvard et Pecuchet (TV) de Jean-Daniel Verhaeghe
1988 Quelques jours avec moi de Claude Sautet
1988 Un château au soleil (TV)
1987 Les 2 crocodiles de Joël Séria
1987 Les idiots (TV) de Jean-Daniel Verhaeghe
1987 Les mois d’avril sont meurtriers de Laurent Heynemann
1986 Tenue de soirée de Bertrand Blier
1985 Hold-Up d’Alexandre Arcady
1985 L’amour en douce d’Édouard Molinaro
1984 Partenaires de Claude d’Anna
1984 Les capricieux (TV) de Michel Deville
1984 Et la vie continue (TV) (8 épisodes)
– Episode 1.8
– Episode 1.7
– Episode 1.6
– Episode 1.5
– Episode 1.4
1983 Signes extérieurs de richesse de Jacques Monnet
1982 Jamais avant le mariage de Daniel Ceccaldi
1982 L’indiscrétion de Pierre Lary
1982 Emmenez-moi au théâtre: L’étrangleur s’excite (TV) d’Alexandre Tarta
1981 Coup de torchon de Bertrand Tavernier
1981 Pétrole! Pétrole! de Christian Gion
1981 Asphalte de Denis Amar
1980 Voulez-vous un bébé Nobel? de Robert Pouret
1980 L’entourloupe de Gérard Pirès
1979 Cause toujours… tu m’intéresses! d’Édouard Molinaro
1977 Un moment d’égarement de Claude Berri
1977 L’imprécateur de Jean-Louis Bertuccelli
1977 Comme la lune de Joël Séria
1977 Plus ça va, moins ça va de Michel Vianey
1976 Sturmtruppen de Salvatore Samperi
1976 Cours après moi … que je t’attrape de Robert Pouret
1976 Now We’ve Seen It All! de Georges Lautner
1976 Calmos de Bertrand Blier
1975 Les galettes de Pont-Aven de Joël Séria
1975 La traque de Serge Leroy
1975 Que la fête commence… de Bertrand Tavernier
1975 Dupont Lajoie d’Yves Boisset
1974 Dis-moi que tu m’aimes de Michel Boisrond
1974 Un linceul n’a pas de poches de Jean-Pierre Mocky
1974 Comment réussir… quand on est con et pleurnichard de Michel Audiard
1973 Charlie et ses deux nénettes de Joël Séria
1973 La valise de Georges Lautner
1973 L’affaire Crazy Capo de Patrick Jamain
1972 P’pa je serai serrurier (Court-métrage) (voix) d’Ulysse Laugier
1972 Le petit poucet de Michel Boisrond
1972 Sex-shop de Claude Berri
1971 4 mosche di velluto grigio de Dario Argento
1971 Sans mobile apparent de Philippe Labro
1971 On est toujours trop bon avec les femmes de Michel Boisrond
1971 Les mariés de l’an deux (voix, non crédité) de Jean-Paul Rappeneau
1971 L’amour c’est gai, l’amour c’est triste de Jean-Daniel Pollet
1970 Le pistonné de Claude Berri
1970 Les caprices de Marie de Philippe de Broca
1970 La perfection des jeunes filles (Court-métrage) (voix) d’ Ulysse Laugier
1969 Les femmes de Jean Aurel
1969 Quarante-huit heures d’amour de Cécil Saint-Laurent
1969 Le diable par la queue de Philippe de Broca
1968 L’homme à la Buick de Gilles Grangier
1967 Toutes folles de lui de Norbert Carbonnaux
1966 Tendre voyou de Jean Becker
1966 Roger la Honte de Riccardo Freda
1966 Monnaie de singe d’Yves Robert
1965 Cent briques et des tuiles de Pierre Grimblat
1965 La bonne occase de Michel Drach
1964 Week-end à Zuydcoote d’Henri Verneuil
1964 Un monsieur de compagnie de Philippe de Broca
1964 Les cabinets particuliers (TV) d’Alain Boudet
1964 Échappement libre de Jean Becker
1964 Relaxe-toi chérie de Jean Boyer
1964 Que personne ne sorte d’Ivan Govar
1964 Let’s Rob the Bank de Jean Girault
1963 Peau de banane de Marcel Ophüls
1963 Dragées au poivre de Jacques Baratier
1963 L’inspecteur Leclerc enquête (TV)
– Le passé d’une femme
1962/I La nuit des rois (TV) de Claude Barma
1961-1962 La caméra explore le temps (TV)
– La conjuration de Cinq-Mars (1962)
– Les Templiers (1961)
1962 Il est minuit docteur Schweitzer (TV) de Gilbert Pineau
1962 Climats de Stellio Lorenzi
1960 Pierrot la tendresse de François Villiers
1960 Le mouton de Pierre Chevalier
1960 La brune que voilà de Robert Lamoureux
1960 La papesse (TV) de René Lucot
1960 Arden de faversham (TV) de Marcel Bluwal
1960 Les trois soeurs (TV) de Jean Prat
1960 Les joueurs (TV) de Marcel Bluwal
1958 La fille de la pluie (TV) de Jean Prat
1957 Charmants garçons d’Henri Decoin
1957 Tous peuvent me tuer d’Henri Decoin
1957 Le grand bluff de Patrice Dally