« Je fais du théâtre pour ressentir les sensations que la vie ne m’apporte pas… »

De son vrai nom Jean Alfred MARAIS-VILLAIN est né à Cherbourg (Manche), le 11 décembre 1913 à Cherbourg et décédé le 8 novembre 1998 à Cannes. il est metteur en scène, écrivain, peintre, sculpteur, potier et cascadeur.

Il sait dès son plus jeune âge ce qu’il veut faire dans la vie : dessiner et jouer la comédie. Il se présente au Conservatoire, mais est refusé au concours d’entrée. Il décide donc de suivre les cours de Charles Dullin, en faisant de la figuration dans son théâtre pour les payer.
Sa grande chance c’est de faire la connaissance de Jean Cocteau. Il gagne mal sa vie chez Dullin, où il fait surtout les hallebardiers. Une amie lui fait faire un essai pour  » Oedipe-Roi « , de Cocteau, au théâtre. Essai concluant, même si c’est finalement Michel Vitold qui joue le rôle principal. Puis Cocteau lui propose de créer  » Les chevaliers de la table ronde  » à la place de Jean-Pierre Aumont, retenu par un film. C’est le succès. Il créera ensuite  » les Parents Terribles « , toujours de Jean Cocteau. Une première tentative de  » cinématographier  » cette pièce échoue en 1939, puis c’est la mobilisation : les vrais débuts de Jean Marais au cinéma, dans un grand rôle, seront pour 1941 (Le pavillon brule, de Jean de Baroncelli.

Après l’échec de plusieurs projets importants, dont certains avec Marcel Camé, avec qui Jean Marais ne tournera finalement jamais, La grande consécration au cinéma, Jean Marais la devra encore à Jean Cocteau, pour qui en 1943, Delannoy filmera le scénario de L’éternel retour (avec Madeleine Sologne). Dès lors, Jean Marais ne cesse plus de tourner.

Après 1950, Jean Marais va donner au public l’image d’un jeune premier sportif, sachant manier l’épée et monter à cheval. Il est volontiers cascadeur, et a la réputation de ne jamais se faire doubler pour les scènes dangereuses. Il sera successivement l’interprète des personnages les plus célèbres de la littérature populaire: Edmond Dantès dans Le comte de monte cristo, le Bossu d’après Paul Féval, le Capitan, le Capitaine Fracasse, Stanislas, Fantomas et même le Saint.

Mais les plus grands cinéastes continuent à faire appel à lui: G.W. Pabst pour La maison du silence, Sacha Guitry à plusieurs reprises, Jean Renoir pour Élena et les hommes (où il sera le Général Boulanger), Visconti pour Les nuits blanches (Visconti qui le dirigea sur scène dans « Deux sur une balançoire », avec Annie Girardot) et Jean Cocteau pour son dernier film, Le testament d’orphée.

Après Peau d’âne, en 1970, il prend une semi-retraite. Il peint, écrit ses mémoires (Mes quatres Vérités, Histoires de ma vie), enregistre des chansons. Puis il revient au théâtre, montant, pour l’anniversaire de Cocteau, « Cocteau-Marais »; il est Don Diegue dans « Le Cid » de Corneille mis en scène par Francis Huster; il donne la réplique à Edwige Feuillère dans « La maison du lac » et, en 1988, met en scène et interprète « Bacchus » de Cocteau. Le cinéma le sollicite à nouveau : il est le dieu des Enfers dans Parking et un vieux clochard solitaire dans Lien de parenté.

Il décède le 8 novembre 1998 à Cannes.

Bibliographie

– Jean Marais: Une histoire vraie, Sandro Cassati, City, 2013.
– Jean Marais, le bien-aimé, Carole Weisweiller et Patrick Renaudot, Editions du Rocher, 2002/Edition Michel de Maule, 2013.
– Cocteau Marais: Un si joli mensonge, Bernard Spindler, Editions Du Rocher, 2011.
– Jean Marais: L’éternelle présence, Christian Dureau, Edition Didier Carpentier, 2010.
– Cocteau-Marais: Les Amants Terribles, Bertrand Meyer-Stabley, Pygmalion, 2009.
– Jean Marais: Le gentleman du Midi, Jacqueline Dellatana, Autres Temps, 2008.
– Jean Marais, Gilles Durieux, Flammarion, 2005.
– La Belle et la Bête: Les coulisses du tournage, Dominique Marny, Le Pré Aux Clercs, 2005/2013.
– Jean Marais sans masque, Nini Pasquali, Editions de la Loupe, 2004.
– Jean Marais sans masque, Nini Pasquali, L’Archipel, 2003.
– Jean Marais : la voix brisée, Christian Soleil, Actes graphiques, 2000.
– Jean-Marais: L’enfant terrible, Henry-Jean Servat, Albin Michel, 1999.
– Mes métamorphoses:60 ans de théâtre et de cinéma, Jean Marais, Editions de La Martinière, 1996.
– Jean Marais : Biographie, Jean-Jacques Jelot-Blanc, Edition Anne Carrière, 1994.
– Histoires de ma vie, Jean Marais, Albin Michel, 1975/Ramsay, 1994.
– L’Inconcevable Jean Cocteau, Jean Marais, Editions Du Rocher, 1993.
– Jean Marais, l’oeuvre plastique, Serge Tardy et Jean Marais, Edisud, 1987.
– Jean Marais, Jean Cocteau, Pac, 1984.
– Contes de Jean Marais, Albin Michel, 1978.

Filmographie

1996 Stealing Beauty de Bernardo Bertolucci
1995 Les misérables de Claude Lelouch
1992 Les enfants du naufrageur de Jérôme Foulon
1986 Lien de parenté de Willy Rameau
1985 Parking de Jacques Demy
1983 Du vent dans les branches de sassafras (TV) de Robert Valey
1982 Cher menteur (TV) d’Alexandre Tarta
1980 Les parents terribles (TV) d’Yves-André Hubert
1977 Vaincre à Olympie (TV) de Michel Subiela
1973-1974 Joseph Balsamo (TV) (7 épisodes)
– Die Intrige (1974)
– Episode 1.7 (1973)
– Episode 1.6 (1973)
– Episode 1.5 (1973)
– No Title (1973)
1973 Karatekas and co (TV) (6 épisodes)
– Quelque part en Méditerranée
– Deux millions de fusils
– Mozart passe la mesure
– Le club de l’eau plate
– La couronne d’Attila
1971 Robert Macaire (TV Movie) de Pierre Bureau
1970 Peau d’âne de Jacques Demy
1970 La provocation d’André Charpak
1969 Le jouet criminel (Court-métrage) d’Adolfo Arrieta
1969 Le paria de Claude Carliez
1967 Fantômas contre Scotland Yard d’André Hunebelle
1967 Sept hommes et une garce de Bernard Borderie
1966 Le Saint prend l’affût de Christian-Jaque
1965 Fantômas se déchaîne d’André Hunebelle
1965 Train d’enfer de Gilles Grangier
1965 Pleins feux sur Stanislas de Jean-Charles Dudrumet
1965 Thomas l’imposteur de Georges Franju
1965 Le gentleman de Cocody de Christian-Jaque
1964 Fantomas d’André Hunebelle
1964 Patate de Robert Thomas
1964 Cherchez l’idole (non crédité) de Michel Boisrond
1963 L’honorable Stanislas, agent secret de Jean-Charles Dudrumet
1962 Le masque de fer d’Henri Decoin
1962 Les mystères de Paris d’André Hunebelle
1962 Ponzio Pilato de Gian Paolo Callegari et Irving Rapper
1961 Il ratto delle sabine de Richard Pottier
1961 Napoléon II, l’aiglon de Claude Boissol
1961 Le miracle des loups d’André Hunebelle
1961 Le capitaine Fracasse de Pierre Gaspard-Huit
1961 La princesse de Clèves de Jean Delannoy
1960 Le capitan d’André Hunebelle
1960 Austerlitz d’Abel Gance
1960 Le testament d’Orphée, ou ne me demandez pas pourquoi! (non crédité) de Jean Cocteau
1959 Le bossu d’André Hunebelle
1958 La vie à deux de Clément Duhour
1958 Chaque jour a son secret de Claude Boissol
1958 La Tour, prends garde! de Georges Lampin
1957 Amour de poche de Pierre Kast
1957 Le notti bianche de Luchino Visconti
1957 S.O.S. Noronha de Georges Rouquier
1957 Typhon sur Nagasaki d’Yves Ciampi
1956 Elena et les hommes de Jean Renoir
1956 Toute la ville accuse de Claude Boissol
1956 Goubbiah, mon amour de Robert Darène
1956 Si Paris nous était conté de Sacha Guitry
1955 Futures vedettes de Marc Allégret
1955 Napoléon de Sacha Guitry
1954 Si Versailles m’était conté de Sacha Guitry
1954 Le comte de Monte-Cristo de Robert Vernay
1953 Le guérisseur d’Yves Ciampi
1953 Julietta de Marc Allégret
1953 Boum sur Paris de Maurice de Canonge
1953 Dortoir des grandes d’Henri Decoin
1953 La voce del silenzio de Georg Wilhelm Pabst
1953 Les amants de minuit de Roger Richebé
1953 L’appel du destin de Georges Lacombe
1952 Nez de cuir d’Yves Allégret
1951 Les miracles n’ont lieu qu’une fois d’Yves Allégret
1950 Coriolan de Jean Cocteau
1950 Le château de verre de René Clément
1950 Orphée de Jean Cocteau
1949 Le secret de Mayerling de Jean Delannoy
1949 Ceux du Tchad (Court-métrage) de Georges Régnier
1948 Les parents terribles de Jean Cocteau
1948 Aux yeux du souvenir de Jean Delannoy
1948 L’aigle à deux têtes de Jean Cocteau
1948 Ruy Blas de Pierre Billon
1947 Les chouans d’Henri Calef
1946 La belle et la bête de Jean Cocteau et René Clément (non crédité)
1944 Carmen de Christian-Jaque
1943 Voyage sans espoir de Christian-Jaque
1943 L’éternel retour de Jean Delannoy
1942 Le lit à colonnes de Roland Tual
1941 Le pavillon brûle de Jacques de Baroncelli
1937 Abus de confiance d’ Henri Decoin
1937 Drôle de drame de Marcel Carné
1937 Nuits de feu de Marcel L’Herbier
1936 Les hommes nouveaux de Marcel L’Herbier
1935 Le bonheur (non crédité) de Marcel L’Herbier
1934 L’aventurier de Marcel L’Herbier
1934 Le scandale de Marcel L’Herbier
1933 Étienne de Jean Tarride
1933 L’épervier de Marcel L’Herbier
1933 Dans les rues (non crédité) de Victor Trivas