« Il faut vraiment être courageux dans ses instincts et ses idées. Sinon, vous ne ferez que tomber et les choses qui auraient pu être mémorables seront perdues. »

Francis Ford Coppola est un réalisateur, producteur et scénariste américain né le 7 avril 1939 à Détroit.

Il a été récompensé cinq fois aux Oscars et a remporté deux fois la Palme d’or au Festival de Cannes. Il est surtout connu pour la trilogie du Parrain et Apocalypse Now.

Fils de Carmine Coppola, premier flûtiste de l’Orchestre symphonique de Détroit. Souffrant de poliomyélite, il passe une grande partie de sa jeunesse alité, ce qui favorise son imagination, avec l’improvisation, à la maison, de spectacles de marionnettes. En utilisant la caméra 8 mm de son père, il fait ses tout premiers films en amateur à l’âge de 10 ans. Après le lycée, il part étudier le théâtre à l’Université. En assistant à une projection d’Octobre de Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein, il décide d’abandonner le théâtre pour le cinéma. Il s’inscrit à UCLA Film School où il rencontre Jim Morrison.

Au début des années 1960, il commence sa carrière en faisant des films à petit budget sous la houlette de Roger Corman, puis en étant crédité du scénario de quelques grosses productions internationales comme Paris brûle-t-il ? de René Clément. Sa première œuvre notable, comme réalisateur, remonte à l’ère de ses collaborations avec Corman : Dementia 13.

En 1969, il fonde avec son ami George Lucas les studios American Zoetrope, basés à San Francisco. Le studio produit alors le THX 1138 de ce même Lucas, dont l’échec ruine les ambitions de Coppola. Contraint d’accepter une commande de studio, il réalise Le Parrain d’après le roman éponyme Le Parrain de Mario Puzo.

En 1971, Coppola gagne un Oscar pour le scénario de Patton, film biographique sur le Général George Patton, réalisé par Franklin J. Schaffner. Cependant, sa réputation de grand cinéaste n’est reconnue qu’après avoir coécrit le scénario et réalisé les deux premiers volets de la grande saga sur la mafia italo-américaine : Le Parrain (1972) et Le Parrain – 2e partie (1974). Les deux œuvres sont récompensées par l’Oscar du meilleur film, devenant ainsi les premiers, et pour l’instant encore les seuls films à suite à en être les détenteurs.

Entre les deux Parrain, Coppola prend le temps d’écrire et de mettre en scène un film d’espionnage au style plus personnel : Conversation secrète qui conte l’histoire d’un couple dont l’homme est soupçonné d’être impliqué dans un meurtre et qui est mis sur écoute par un expert en surveillance joué par Gene Hackman. Le film, sorti en salles en 1974, marque largement son époque puisqu’il est contemporain de l’affaire du Watergate. Conversation secrète obtient la Palme d’or au Festival de Cannes 1974.

Pendant cette période il écrit le scénario de l’infructueux succès critique et commercial Gatsby le Magnifique d’après le roman éponyme de F. Scott Fitzgerald, mettant en vedette Mia Farrow et Robert Redford.

L’autre plus gros succès critique et public de sa carrière avec Apocalypse Now. Il travaille durant cinq ans pour rédiger une première version satisfaisante du scénario avec John Milius. Coppola souhaite depuis longtemps transposer en pleine guerre du Viêt Nam l’intrigue du récit Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad, situé dans l’État indépendant du Congo de la fin du xixe siècle. Plusieurs tentatives d’adaptation du livre ont été avortées dont celle d’Orson Welles. Le film fait l’objet d’une production démentielle au cœur de la jungle des Philippines et engloutit plus de 30 millions de dollars d’un budget initialement fixé à 16 millions et s’étalant sur 18 mois de tournage.

Le documentaire Aux cœurs des ténèbres : L’Apocalypse d’un metteur en scène coréalisé par Fax Bahr et George Hickenlooper et sorti en 1991 est un témoignage de ce tournage dantesque.

Même si la production avec Lucas d’œuvres de cinéastes tels qu’Akira Kurosawa pour Kagemusha, s’avère lucrative, Coppola doit faire face à de nouveaux revers financiers qui compromettent sa carrière. Son film Coup de cœur en 1982 est un désastre commercial tel que Coppola se retrouve ruiné.

Pour éponger ses dettes, il accepte de réaliser coup sur coup Outsiders en 1983 et Rusty James en 1984. Malgré l’engouement de la critique américaine et internationale, ces deux films ne rencontrent pas le succès escompté.

En 1984, Coppola accepte de travailler en tant que scénariste sur Cotton Club, un projet initié par Robert Evans, producteur du premier Parrain, qui envisage de le mettre en scène. Finalement, Evans y renonce et propose la réalisation à Coppola qui y voit l’occasion de redorer son blason et renflouer sa fortune personnelle. Mais, entre la pression imposée par Evans qu’il souhaite interdire de présence sur le plateau et les dépassements de budget colossaux, Coppola connaît un nouvel échec commercial qui achève ses ambitions artistiques.

Criblé de dettes, il est contraint d’accepter des films de commande tels que Captain Eo avec Michael Jackson, réalisé en 3D pour les parcs d’attraction Disney, ou un des sketchs du film New York Stories, coécrit avec sa fille Sofia.

Durant cette période, il réussit néanmoins à faire de certains films de commande, des œuvres plus personnelles comme Peggy Sue s’est mariée (1986), Jardins de pierre (1987) et Tucker (1988) que produit son ami et ancien protégé George Lucas.

Sous la pression de la Paramount, Coppola accepte d’écrire et réaliser une troisième et ultime suite du Parrain en 1990 qui, pour certains critiques, est le film de trop de la saga Corleone. Le film est un semi-échec commercial et Coppola est contraint d’accepter d’autres commandes des grands studios. Il signe notamment Dracula en 1992, puis Jack en 1996 et enfin L’Idéaliste en 1997, accueillis par la critique avec une indifférence polie.

Si le succès public de Dracula lui permet un temps de relever sa situation financière, il ne parvient toutefois pas à retrouver le pouvoir et l’influence des débuts. À quelques exceptions près comme le Frankenstein de Kenneth Brannagh en 1994 ou Sleepy Hollow de Tim Burton en 1999, son activité de producteur se limite principalement à financer les films de sa fille Sofia, à l’instar de son premier film : Virgin Suicides (1999).

En 2001, il sort la version redux de son chef-d’œuvre Apocalypse Now dans un montage remanié présentant des séquences inédites, coupées en 1979.

Dix ans après L’Idéaliste, il revient à la réalisation, en 2007, avec L’Homme sans âge, inspiré de la nouvelle Jeunesse sans jeunesse de Mircea Eliade. Ce retour n’est pas un succès : le film n’attire pas un public suffisant et est globalement rejeté par la critique.

En 2009, sort Tetro qui est plutôt bien accueilli par la critique et les spectateurs. Dans ce film, tourné majoritairement en noir et blanc, il livre des éléments très autobiographiques à travers le personnage incarné par Vincent Gallo.

Bibliographie en Français

Le Parrain : Les archives inédites de la trilogie, Collectif, L’Imprévu, 2020.
Conversation secrète, Collectif, L’Avant-Scène Cinéma, 2000.
Le Parrain, Jon Lewis,Akileos, 2017.
Francis Ford Coppola, Collectif, Capricci, 2016.
The Godfather Family Album, Paul Duncan et Steve Schapiro, Taschen, 2013.
Apocalypse Now – journal, Eleanor Coppola, Sonatine, 2011.
En un clin d’oeil, Walter Murch, Capricci Editions, 2011.
Francis Ford Coppola, Stéphane Delorme, Cahiers du cinéma, 2007.
Francis Ford Coppola, Iannis Katsahnias, Cahiers du Cinéma, 1997.
Francis Ford Coppola : Cannes 1979, Gérard Pangon, Arte/Mille et une nuits, 1997.
Coppola , Jean-Paul Chaillet et Christian Viviani, Rivages, 1987.
Francis Ford Coppola, Jean-Paul Chaillet et Elizabeth Vincent, Edilig, 1984.

Filmographie comme réalisateur et scénariste

2015 Distant Vision réalisation et scénario
2011 Twixt réalisation et scénario
2009 Tetro réalisation et scénario
2007 L’homme sans âge réalisation et scénario
2000 Supernova de Walter Hill (sous le nom de Thomas Lee)(non-crédité)
1997 L’idéaliste réalisation et scénario
1996 Jack
1992 Making ‘Bram Stoker’s Dracula’ (Documentaire TV)
1992 The Godfather Trilogy: 1901-1980 (Vidéo) réalisation et scénario
1992 Dracula
1990 Le parrain, 3ème partie réalisation et scénario
1989 New York Stories (segment « Life without Zoe ») réalisation et scénario
1988 Tucker: L’homme et son rêve
1987 Jardins de pierre
1987 Faerie Tale Theatre (TV)
– Rip Van Winkle
1986 Peggy Sue s’est mariée
1986 Captain EO (Court-métrage) réalisation et scénario
1984 Cotton Club réalisation et scénario
1983 Rusty James réalisation et scénario
1983 Outsiders
1981 Coup de coeur réalisation et scénario
1979 Apocalypse Now réalisation et scénario
1977 Le Parrain TV (4 épisodes) réalisation et scénario
1974 Le parrain, 2ème partie réalisation et scénario
1974 Conversation secrète réalisation et scénario
1972 Le parrain réalisation et scénario
1969 Les gens de la pluie réalisation et scénario
1968 La vallée du bonheur
1966 Big Boy réalisation et scénario
1963 Dementia 13 réalisation et scénario
1963 L’halluciné de Roger Corman (non crédité)
1962 Tonight for Sure réalisation et scénario
1962 The Bellboy and the Playgirls réalisation et scénario
1959 Nebo zovyot (as Thomas Colchart, re-edited version with new footage)

Filmographie comme scénariste

1974 Gatsby le magnifique de Jack Clayton
1973 Nos plus belles années de Sydney Pollack (non crédité)
1970 Patton de Franklin J. Schaffner
1966 Paris brûle-t-il? de René Clément
1966 Propriété interdite de Sydney Pollack
1963 La malédiction d’Arkham de Roger Corman