« Nous avons tourné dix minutes du film, et maintenant nous recherchons des fonds pour l’achèvement. »

Edward Davis « Ed » Wood Junior est un réalisateur, acteur, producteur, scénariste et monteur américain né le 10 octobre 1924 à Poughkeepsie dans l’État de New York et mort d’une crise cardiaque le 10 décembre 1978 à Hollywood en Californie.

Dans les années 1950, Wood réalisa quelques films à petit budget, aujourd’hui connus pour leurs erreurs techniques, leurs effets spéciaux amateurs et leur utilisation abusive des images d’archives.

Dès sa petite enfance, Edward D. Wood Jr. subit les affres de la fantaisie maternelle : celle-ci l’habille en fillette. À l’âge de 4 ans, le jeune Wood déambule ainsi en robe dans le voisinage. Très tôt, il commence à faire des photos, à rêver de westerns. En écrivant ses premiers scénarios, il recrute les gamins du voisinage pour jouer de petites scènes. Il passe le reste de son temps dans les cinémas de quartier. Après l’attaque de Pearl Harbor, Wood décide d’intégrer les marines. Il part au front et se vantera plus tard d’avoir porté des dessous féminins sous son uniforme de soldat.

De retour aux États-Unis, en 1946, Wood déménage en Californie et commence à proposer ses services aux principaux producteurs. Il finit par obtenir la direction d’un projet tiré du livre de Christine Jorgensen sur la transsexualité. Le projet d’adaptation est cependant vite abandonné et Wood est chargé par le producteur d’écrire un scénario original. Wood écrit, et réalise alors Glen or Glenda. Ce film propose indirectement une plongée dans la psyché même de Wood, en particulier sur son goût du travestissement. Le film est marqué par la présence du célèbre acteur de films d’épouvante Béla Lugosi, qui avait accepté de jouer dans ses films par amitié pour lui.

Par la suite, Wood coécrit et réalise La Fiancée du monstre (Bride of the Monster) (1955) qui accumule les maladresses scénaristiques et techniques (avec notamment l’utilisation d’images d’archives n’ayant peu ou rien à voir avec le film). Le film fut néanmoins le seul de toute sa carrière à dégager un profit du vivant de Wood.

En 1959, c’est Plan 9 from Outer Space (l’histoire d’extra-terrestres ressuscitant les morts pour sauver l’univers) qui lui permet de passer à la postérité. Le film compte d’ailleurs à son générique un certain nombre d’acteurs expérimentés ou de personnalités reconnues à l’époque : Lyle Talbot (connu pour de nombreux serials et westerns dans les années 1940), l’ancienne présentatrice Vampira, le catcheur Tor Johnson, le présentateur télé et medium Criswel et bien sûr Béla Lugosi dans un rôle muet de quelques minutes. Par la suite, Ed Wood réalise encore plusieurs films : Night Of The Ghouls (suite indirecte de La Fiancée du monstre) et The Sinister Urge.

Miné par l’échec de ses films, Wood sombre dans l’alcoolisme et la dépression. Il survit dans les années 1960 et 70 en écrivant un grand nombre de romans « pulps », horrifiques ou érotiques. Il écrit également de nombreux scénarios de films de séries Z, avant de réaliser lui-même plusieurs films pornographiques. Vivant dans le plus grand dénuement, il meurt à 54 ans, d’une crise cardiaque le 10 décembre 1978 à Hollywood en Californie, des complications de son alcoolisme.

Deux ans après sa mort, Ed Wood fut qualifié de « plus mauvais cinéaste de l’histoire du cinéma » par les critiques Michael et Harry Medved dans leur livre de 1980 The Golden Turkey Awards. Sa filmographie est alors redécouverte. D’abord objets de moqueries, ses films sont néanmoins considérés avec respect par certains cinéphiles, qui louent notamment la sincérité totale de Wood. En 1992, Rudolph Grey publie Nightmare of Ecstasy: The Life and Art of Edward D. Wood, Jr.. Compilation d’entretien avec ses proches, le livre fait connaître Ed Wood à un nouveau public. En 1994, Tim Burton réalise le film Ed Wood avec Johnny Depp dans le rôle-titre. Malgré un échec commercial, le film est acclamé par la critique avant d’être récompensé de deux Oscars du cinéma.

Bibliogaphie

– Comment réussir (ou presque) à Hollywood : Les conseils du plus mauvais cinéaste de l’histoire,
de Ed Wood, Capricci Editions, 2013.
– Ed Wood, Mad Genius: A Critical Study of the Films, de Rob Craig, McFarland & Co Inc, 2009. (Anglais)
– Ed Wood Hollywood spazzatura, de Rudolph Grey (Auteur), P. Vigorelli (Traduction), Frassinelli, 1995. (Italien)

Filmographie

1995 Crossroads of Laredo Court Métrage
1995 Take It Out in Trade: The Outtakes Video
1993 Hellborn Video (segments « Hellborn », « Home Movie »)
1972 The Young Marrieds (Richard Trent)
1971 ‘Necromania’: A Tale of Weird Love! (Don Miller)
1971 Nympho Cycler (non crédité)
1970 Take It Out in Trade
1960 The Sinister Urge
1960 Trick Shooting with Kenne Duncan Court Métrage Documentaire
1959 Night of the Ghouls
1959 Plan 9 from Outer Space
1957 Final Curtain (Short)
1957 The Night the Banshee Cried Court Métrage
1955 La fiancée du monstre
1954 Jail Bait
1953 Boots (Short)
1953 Crossroad Avenger: The Adventures of the Tucson Kid TV
1953 Criswell Predicts TV
1953 Louis ou Louise
1951 The Sun Was Setting Court Métrage TV