« Je suis comme une éponge qui écoute d’une manière flottante. »

Chantal Akerman est une cinéaste belge, née le 6 juin 1950 à Bruxelles et morte le 5 octobre 2015 à Paris. Elle est considérée comme une des figures de proue du cinéma moderne. Elle a été une influence importante notamment pour Gus Van Sant, Todd Haynes et Michael Haneke.

Issue d’une famille juive polonaise. Ses grands-parents et sa mère, Natalia, ont été déportés à Auschwitz, seule sa mère en est revenue. Son père se nomme Alexis Akerman.

L’angoisse chronique de sa mère est un thème majeur de son œuvre. Avec les rapports sexe/amour/argent, l’ennui et le vide existentiel, l’humour triste et la solitude. Elle analyse les comportements humains en posant la question du bonheur. Sa relation au judaïsme, toujours plus intense, traverse toute sa filmographie.

C’est Pierrot le fou de Jean-Luc Godard qui a provoqué sa vocation. Formellement, Michael Snow sera sa deuxième profonde influence.

André Delvaux l’a soutenue dès son premier court métrage, Saute ma ville en 1968, un film pré-punk où l’adolescente exprimait de manière explosive son besoin vital de libération.

Après un court passage à l’INSAS, en 1967-1968 où elle claque la porte après trois mois, et la réalisation en 1971 de L’enfant aimé ou Je joue à être une femme mariée, un deuxième film (depuis longtemps invisible elle part à New York où elle a fréquenté assidûment l’Anthology Film Archives (cinémathèque). Elle y a découvert le cinéma expérimental américain (Michael Snow, Andy Warhol, Jonas Mekas, etc.).

Vivant de petits boulots, elle est parvenue à tourner plusieurs films. En 1972, La Chambre, un court-métrage à base d’un lent panoramique horizontal qui balaie l’espace à 360 degrés plusieurs fois, et Hôtel Monterey, 63 minutes, une suite de plans fixes précisément cadrés et de lents travellings dans les couloirs, puis la caméra sort de l’immeuble par le toit où un panoramique balaie l’horizon urbain. Enfin, en 1973, Hanging Out Yonkers, son premier essai de documentaire (sur des adolescents à problèmes fréquentant un centre social), inachevé. Les rushs sont parfois projetés en cinémathèque ou lors de rétrospective.

Chantal Akerman vit ensuite à Paris. Elle retourne à New York en 1976, après sa reconnaissance internationale, pour réaliser News from Home, une lecture des lettres inquiètes et plaintives que lui envoyait sa maman pendant son séjour, accompagnée par des plans monumentaux (façades, rues, métro) de la mégapole. Le film se clôt par un très long travelling arrière, la caméra posée sur un bateau s’éloignant des tours jumelles du World Trade Center. La cinéaste reviendra dans cette ville pour tourner Histoires d’Amérique en 1988 et Un divan à New York en 1996.

Parmi les films de sa longue carrière, les plus importants sont Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles (1975), une description méticuleuse, en illusion de temps réel de l’aliénation, avec Delphine Seyrig ; Les Rendez-vous d’Anna (1978) avec Aurore Clément, un très autobiographique road movie en train (d’Allemagne à Paris en passant par Louvain et Bruxelles) ; la comédie musicale Golden Eighties (1986) ; Un divan à New York (1996, avec William Hurt et Juliette Binoche) et La Captive (2000, avec Sylvie Testud et Stanislas Merhar), son adaptation, écrite avec Eric de Kuyper, de La Prisonnière de Marcel Proust.

La cinéaste a réalisé des documentaires (Un jour Pina a demandé…, 1983 ; D’Est, 1993 ; Sud, 1998 ; De l’autre côté, 2003).

La cinéaste, qui souffrait de troubles maniaco-dépressifs, se suicide à 65 ans, le 5 octobre 2015, à Paris.

Publications

– Ma Mère Rit, Chantal Akerman, Mercure De France, 2013.
– Chantal Akerman : Autoportrait en cinéaste, Cahiers du cinéma, 2004.
– Une famille à Bruxelles, L’Arche, 1998.
– Hall de nuit, L’Arche, 1997.
– Un Divan à New York, L’Arche, 1997.
– Les Rendez-vous d’Anna : Scénario, de Chantal Akerman et Eric De Kuyper, Éditions Albatros, 1978.

Bibliographie

– Jeanne Dielman 23, Quai du Commerce, 1080 Bruxelles, Maury Corinne, Capricci, 2020.
– Chantal Akerman : Dieu se reposa mais pas nous, Jérôme Momcilovic, Capricci, 2018.
– Chantal Akerman, passer la nuit, Corinne Rondeau, Editions de l’Eclat, 2017.
– Gendered frames, embodied cameras : Varda, Akerman, Cabrera, Calle, and Maïwenn, Cybelle H. McFadden,
Fairleigh Dickinson University Press, 2014. (Anglais)
– Directory of world cinema : Belgium, Marcelline Block et Jeremi Szaniawski, Intellect, 2013. (Anglais)
– Chantal Akerman : too far, too close, Dieter Roelstraete et Anders Kreuger, Ludion, 2012. (Anglais)
– Chantal Akerman : à la recherche d’un temps perdu, Marion Roset, Université Bordeaux 3, 2009.
– Chantal Akerman, Marion Schmid, Manchester University Press, 2010.
– Chantal Akerman : D’est Au Bord De La Fiction, Edition Du Jeu De Paume, 1979.

Filmographie comme réalisatrice et scénariste

2015 No Home Movie (Documentaire)
2011 La folie Almayer
2009 À l’Est avec Sonia Wieder-Atherton (Documentaire TV)
2008 Women from Antwerp in November (Court-métrage)
2007 L’état du monde (segment « Tombée de nuit sur Shanghai »)
2006 Là-bas (Documentaire)
2004 Demain on déménage
2003 Avec Sonia Wieder-Atherton (Documentaire TV)
2002 De l’autre côté (Documentaire)
2000 La captive
1999 Sud (Documentaire)
1997 Cinéma, de notre temps (Documentaire TV)
Chantal Akerman par Chantal Akerman
1996 Un divan à New York
1994 Tous les garçons et les filles de leur âge… (TV)
Portrait d’une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles
1993 D’Est (Documentaire)
1993 Monologues (TV)
Le déménagement
1991 Contre l’oubli (segment « Pour Febe Elisabeth Velasquez, El Salvador »)
1991 Nuit et jour
1989 Les trois dernières sonates de Franz Schubert
1989 Trois strophes sur le nom de Sacher (Court-métrage)
1989 Histoires d’Amérique
1986 La paresse (Court-métrage)
1986 Le marteau (Court-métrage)
1986 Letters Home
1986 Mallet-Stevens (Court-métrage)
1986 Golden Eighties
1986 Seven Women, Seven Sins (segment « Portrait d’une Paresseuse »)
1984 Family Business: Chantal Akerman Speaks About Film (Court-métrage TV)
1984 Lettre d’un cinéaste: Chantal Akerman (Court-métrage TV)
1984 New York, New York bis (Court-métrage)
1984 Paris vu par… 20 ans après (segment « 1 « J’ai faim, J’ai froid »)
1984 J’ai faim, j’ai froid (Court-métrage TV)
1983 L’homme à la valise (TV)
1983 Un jour Pina a demandé… (Documentaire TV)
1983 Les années 80 (Documentaire)
1982 Toute une nuit
1980 Dis-moi (TV)
1978 Les rendez-vous d’Anna
1977 News from Home (Documentaire)
1975 Jeanne Dielman, 23 Rue du Commerce
1974 Je, tu, il, elle
1973 Hanging Out Yonkers (Court-métrage)
1973 Le 15/8 (Court-métrage)
1972 Hôtel Monterey (Documentaire)
1972 La chambreCourt Métrage
1971 L’enfant aimé ou je joue à être une femme mariée (Court-métrage)
1968 Saute ma ville (Court-métrage)