« Tout le monde veut être Cary Grant. Même moi, je veux être Cary Grant. »

Archibald Alexander Leach, plus connu sous son pseudonyme de Cary Grant, né le 18 janvier 1904 à Bristol en Angleterre, décédé le 29 novembre 1986 à Davenport enIowa aux États-Unis à l’âge de 82 ans.

Il est un acteur américain d’origine britannique. Il a été naturalisé citoyen des États-Unis le 26 juin 1942.

Issu d’un milieu ouvrier à l’environnement familial difficile, Cary Grant découvre le monde du théâtre et du cirque à 13 ans. Très jeune, il part en tournée, d’abord en Grande-Bretagne, puis aux Etats-Unis à partir de 1920. Auditionné une première fois à New York par la Paramount en 1929, il échoue ; mais le studio, en quête de nouveaux acteurs, refait appel à lui à l’heure où se développe le parlant. Son premier court métrage Singapore Sue en boîte, il décide de partir pour Hollywood où la Paramount lui fait signer un contrat en 1932.
Il tourne son premier film La Belle nuit et se fait remarquer dès La Vénus blonde et Lady Lou, sortis tous deux en 1933. Mais lassé de jouer les doublures de Gary Cooper, la star du studio, Cary Grant attend le bon film. Le tournant s’appelle Sylvia Scarlett de George Cukor (1935) pour lequel l’acteur est « prêté » à la RKO : le film est un échec mais il est encensé par la critique. Mélange d’élégance, d’ironie et de clownerie, Cary Grant a trouvé son style et devient la star de la screwball comedy. Il tourne avec les plus grands réalisateurs du genre : Leo McCarey (1937, Cette sacrée vérité), Howard Hawks (1939, L’Impossible Monsieur Bébé), George Cukor (1940, Indiscrétions) ou encore Frank Capra (1941, Arsenic et Vieilles Dentelles).

C’est pourtant comme acteur dramatique qu’il remportera en 1942 et 1945 ses deux seules citations aux Oscars pour La Chanson du passé et Rien qu’un coeur solitaire. En 1941, il fait l’autre grande rencontre de sa carrière en la personne d’Alfred Hitchcock qui va en faire l’un de ses acteurs fétiches en explorant les côtés plus sombres de sa personnalité et de son jeu. Menaçant pour sa jeune épouse dans Soupçons, Cary Grant est un espion trop distant pour Ingrid Bergman dans Les Enchaînés.

Les années 50 venant, Cary Grant trouve moins de rôles intéressants et pense à se retirer. Mais Alfred Hitchcock le convainc du contraire avec la comédie policière La Main au collet, avant de clore leur collaboration en 1959 avec La Mort aux trousses. Toujours séduisant, Cary Grant interprète sur la fin de sa carrière quelques unes de ses meilleures comédies romantiques à l’exemple de Charade en 1963, avant de se retirer des plateaux trois ans plus tard. La profession lui remet un Oscar d’honneur en 1970.

Bibliographie en Français

– Full Service: Sexe, amours et secrets de stars à Hollywood, Scotty Bowers et Lionel Friedberg, Hugo & Cie, 2013.
– Cary Grant : Les images d’une vie, Yann-Brice Dherbier et Frédéric Brun, YB, 2009.
– Cary Grant: Le charme et l’ironie du parfait gentilhomme, Geoffrey Wansell, Gremese, 1998.
– Cary Grant:Un coeur solitaire, Charles Higham et Roy Moseley, Messinger, 1989.
– Cary Grant, Jean-Jacques Dupuis, Édilig, 1984.
– Cary Grant dans l’objectif, Collectif, Librairie des Champs-Élysées, 1980.
– Grant, F.X. Feeney, Taschen, 2007.
– Hollywood Story, Frank Capra, Ramsay, 2006.
– Aux trousses de Cary Grant, Frédéric Lecomte, asa, 2001.
– Politique des acteurs: Gary Cooper, John Wayne, Cary Grant, James Stewart, de Luc Moullet, Cahiers du Cinéma, 1993.

Filmographie

1966 Rien ne sert de courir de Charles Walters
1964 Grand méchant loup appelle de Ralph Nelson
1963 Charade de Stanley Donen
1962 Un soupçon de vison de Delbert Mann
1960 Ailleurs, l’herbe est plus verte de Stanley Donen
1959 Opération jupons de Blake Edwards
1959 La mort aux trousses d’Alfred Hitchcock
1958 La péniche du bonheur de Melville Shavelson
1958 Indiscret de Stanley Donen
1957 Embrasse-la pour moi de Stanley Donen
1957 Elle et lui de Leo McCarey
1957 Orgueil et passion de Stanley Kramer
1955 La main au collet d’Alfred Hitchcock
1953 La femme rêvée de Sidney Sheldon
1952 Chérie, je me sens rajeunir de Howard Hawks
1952 Cette sacrée famille de Norman Taurog
1951 On murmure dans la ville de Joseph L. Mankiewicz
1950 Cas de conscience de Richard Brooks
1949 Allez coucher ailleurs d’Howard Hawks
1948 La course au mari de Don Hartman
1948 Un million clefs en main de H.C. Potter
1947 Honni soit qui mal y pense d’Henry Koster
1947 Deux soeurs vivaient en paix d’Irving Reis
1946 Les enchaînés d’Alfred Hitchcock
1946 Nuit et jour de Michael Curtiz
1946 Sans réserve (non crédité) de Mervyn LeRoy
1944 Rien qu’un coeur solitaire de Clifford Odets
1944 Arsenic et vieilles dentelles de Frank Capra
1944 The Road to Victory (non crédité) (Court-métrage) de LeRoy Prinz
1944 Once Upon a Time d’Alexander Hall
1944 The Shining Future (Court-métrage) de LeRoy Prinz
1943 Destination Tokyo de Delmer Daves
1943 Mr. Lucky de H.C. Potter
1942 Lune de miel mouvementée de Leo McCarey
1942 La justice des hommes de George Stevens
1941 Soupçons d’Alfred Hitchcock
1941 La chanson du passé de George Stevens
1940 Indiscrétions de George Cukor
1940 The Howards of Virginia de Frank Lloyd
1940 Mon épouse favorite de Garson Kanin
1940 La dame du vendredi d’Howard Hawks
1939 L’autre de John Cromwell
1939 Seuls les anges ont des ailes d’Howard Hawks
1939 Gunga Din de George Stevens
1938 Vacances de George Cukor
1938 L’impossible monsieur Bébé d’Howard Hawks
1937 Cette sacrée vérité de Leo McCarey
1937 L’or et la chair de Rowland V. Lee et Alexander Hall (non crédité)
1937 Le couple invisible de Norman Z. McLeod
1937 Le coeur en fête de Robert Riskin et Harry Lachman (non crédité)
1936 Bonne blague de Richard Wallace
1936 The Amazing Quest of Ernest Bliss d’Alfred Zeisler
1936 Suzy de George Fitzmaurice
1936 Empreintes digitales de Raoul Walsh
1936 Sylvia Scarlett de George Cukor
1935 Intelligence Service de Charles Barton et Louis J. Gasnier
1935 Les ailes dans l’ombre de James Flood
1935 Caprices de femme d’Elliott Nugent
1934 La demoiselle du téléphone de Frank Tuttle
1934 Kiss and Make-Up d’Harlan Thompson
1934 Born to Be Bad de Lowell Sherman et Jack Conway (non crédité)
1934 Princesse par intérim de Marion Gering
1933 Alice au pays des merveilles de Norman Z. McLeod
1933 Je ne suis pas un ange de Wesley Ruggles
1933 Gambling Ship de Louis J. Gasnier et Max Marcin
1933 L’aigle et le vautour de Stuart Walker
1933 Celle qu’on accuse de Paul Sloane
1933 Lady Lou de Lowell Sherman
1932 Madame Butterfly de Marion Gering
1932 Hot Saturday de William A. Seiter
1932 Blonde Vénus de Josef von Sternberg
1932 Le démon du sous-marin de Marion Gering
1932 Merrily We Go to Hell de Dorothy Arzner
1932 Singapore Sue (non crédité) (Court-métrage) de Casey Robinson
1932 Sinners in the Sun d’Alexander Hall
1932 La belle nuit de Frank Tuttle